bannière

Novembre-décembre 2020


TRIBUNE TOUJOURS ENSEMBLE POUR LUCÉ

Ou comment se glorifier des projets des autres
Nous avons tous lu avec intérêt le Lucé Mag n°1 au titre alléchant puisque celui –ci précisait « un nouveau maire, de nouveaux projets ».
Surprise de notre part, il est en effet remarquable de s’apercevoir que la quasi-totalité de ces nouveaux projets mis en œuvre par le nouveau maire ne sont que la réplique exacte du programme budgétaire élaboré par l’ancienne équipe et son maire de l’époque. Rappelons-nous que ce budget a été établi grâce aux directives et validations données par Emmanuel Lecomte, qu’il fut voté par le nouveau conseil municipal sans aucune modification de projets ni de montants dans les quinze jours suivant l’installation du nouveau maire et de son équipe. Or à ce jour et sauf erreur de notre part ou manque d’informations, aucun budget rectificatif n’est prévu pour mettre en application les orientations de la nouvelle équipe développées lors de la campagne électorale dont la méthode, rappelons-le, est basée, soi-disant, sur la transparence ! Mais plus grande est encore notre surprise lorsque nous lisons les interviews du nouveau maire qui se glorifie de cette remise de micro-ordinateurs aux professeurs des écoles alors que cette acquisition était prévue dès 2019, de la réalisation d’un inventaire « urgence » sur les bâtiments communaux alors que l’audit a été commandé dès 2018 et que certains travaux urgents (points noirs) avaient été inscrits au budget 2019 tel les travaux du restaurant scolaire Aquitaine par exemple, du recrutement de deux policiers municipaux alors que l’appel à candidature avait été émis auprès du Centre de Gestion compétent au cours de l’année 2019.
Autre surprise, l’annonce d’un programme pluriannuel d’investissements présenté comme nouveau et intelligent alors que l’ancien maire secondé par un adjoint réputé spécialiste du domaine, communiquait déjà sur les réalisations d’un même plan, et notamment pour la voirie, avec un dossier complet dans notre magazine municipal (voir Lucé Magazine n°47 de novembre-décembre 2017-point d’étape 2008-2018).
En fait, nous sommes très flattés de voir que le maire s’empare de nos projets pour se les attribuer fièrement en les travestissant en « nouveaux projets personnels », c’est donc une façon de nous dire qu’il les trouve très bien et qu’il n’a pour le moment rien de mieux à proposer au Lucéens.
Les élus de « Toujours ensemble pour Lucé ».

TRIBUNE LUCÉ AUTREMENT

Élu pour vous défendre !
Chères Lucéennes, chers Lucéens,
Votre expression dans les urnes a permis à notre liste « Lucé Autrement » de pouvoir siéger au conseil municipal pour six ans. Nous tenons à remercier tous les électeurs ayant participé au processus démocratique et les agents territoriaux qui ont œuvré à la tenue de ces élections dans des conditions difficiles en raison de la crise sanitaire. La forte abstention (65,82 %, 2/3 des électeurs !) doit être considérée comme le signe d'une crise de notre démocratie représentative.Comme il est d’usage, j’adresse mes félicitations à Monsieur Florent Gauthier pour son élection. Membre aujourd’hui de l’opposition, mon devoir est de vous défendre en abordant notamment des thèmes qui sont tus par les autres listes. Nous proposerons notamment des mesures pour
- mettre fin à la mainmise des délinquants sur certains quartiers ;
- lutter contre l’islamisme radical qui avait conduit un Chartrain fidèle de la mosquée de Lucé à participer au massacre du 13 novembre 2015 au Bataclan à Paris ;
- mieux utiliser l’argent public afin de réduire la fiscalité.
L’utilisation de l’argent public interroge dès le premier conseil municipal. À la précédente mandature 2014-2020, sept adjoints et trois conseillers délégués ont été élus par le conseil municipal. Le nouveau conseil a désigné neuf adjoints et cinq délégués. Monsieur Gauthier a fait le choix de leur nombre croissant, avec de plus une augmentation mensuelle substantielle totale de 16 811,93 € : majoration 15 % pour le maire (4 025,53 €), ses adjoints (9 x 1 118,20 €) et délégués (5 x 544,52 €). Cette décision personnelle sera supportée par les Lucéens ! « Lucé Autrement » proposait de ne créer que cinq adjoints et réduire le montant des indemnités des élus, comme le font les municipalités du Rassemblement National depuis 2014.
Il me parait nécessaire aujourd’hui en cette période de crise sanitaire et économique sans précédent, que les élus de la République se doivent de donner l’exemple.La bataille se poursuit pour préserver nos valeurs républicaines, notre liberté d’expression. La ville de Lucé doit se positionner clairement pour défendre ces valeurs. Je demande donc officiellement à la majorité de renommer le collège des Petits Sentiers, collège Samuel Paty !
Je souhaite à tous les Lucéennes et Lucéens une meilleure année 2021.
Éric Laqua, Conseiller Municipal RN, « Lucé Autrement ».

TRIBUNE DE LA TRIBUNE MAJORITÉ

« La volonté est le ressort de l’action », Henri Lacordaire
On connaît la vieille chanson des politiques de carrières ! Celle qui consiste, une fois être passé dans l'opposition, à critiquer et à dénigrer de façon systématique les actions engagées par la nouvelle majorité. Notre équipe « Pour l'avenir de Lucé » avait espéré que les lucéens puissent bénéficier d'un échiquier politique d'un tout autre niveau, positif et constructif... et pourtant ! Les faits sont là. Certains élus de l’opposition qui étaient pourtant aux affaires pendant 12 ans, plutôt que proposer et travailler dans l’intérêt des lucéens n'ont de cesse, depuis le 28 juin, d’être dans une opposition systématique. L'aigreur de la défaite probablement.
Nous espérions une opposition constructive, nous avons une opposition destructive. Même si la déception est grande face à ce constat, nous en avons pris acte et nous redoublerons d'énergie pour faire taire les porteurs de mauvaises nouvelles.
Nul ne doit nous empêcher d'agir pour le bien des lucéens. Nous avons été élus pour faire preuve d'actions, « La volonté est le ressort de l’action ». Le temps du “bla-bla”, des paroles en l'air, des promesses non tenues durant 12 ans, a pris fin. Les actions entreprises depuis le 28 juin vont dans ce sens. Exemples avec le recrutement en cours de 5 policiers municipaux, la reprise en mains du P.L.U. (Plan Local d'Urbanisme) et des P.P.I. (Plan Pluriannuel d'Investissements), le remplacement de conifères dangereux par de nouvelles plantations, la fourniture d’ordinateurs aux enseignants, la mise en place d'élus référents de quartiers, la distribution de masques puis de livres pour les écoliers, l'ouverture d'une plateforme « Lucé Solidarité », etc.
Là où certains étaient dans les belles paroles, nous, nous sommes dans l’action et nous faisons conformément à notre programme. Et tant de projets sont encore en cours, prêts à être déballés (en cette période de fêtes de fin d'année, ça tombe bien) !
Des projets qui ont été mis en place depuis moins de 6 mois, et ce, dans des circonstances très compliquées. La crise sanito/économique que nous subissons tous ne peut être sous estimée. Cette crise nous impose de devoir jongler entre cette volonté d'agir et les contraintes budgétaires très fortes. Ce numéro d'équilibre, pour ne pas dire de funambule, nous devons l'assumer et vivre avec. Mais il ne doit pas nous détourner de ce pourquoi nous avons été élus : agir et réformer Lucé, enfin !
« Pour l'avenir de Lucé ».